Battle for conviction

Vous arrivez dans une ville où le mal règne. Nul ne sais réellement comment elle tient, vous si. Choisissez votre faction dans cette guerre et vivez comme bon vous sembles.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Mal en point. [Tetsu]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lucrécy&Lucian Shinto

Lucrécy&Lucian Shinto

Messages : 21
Date d'inscription : 03/10/2011

Mal en point. [Tetsu] Empty
MessageSujet: Mal en point. [Tetsu]   Mal en point. [Tetsu] I_icon_minitimeDim 23 Oct - 3:01

Mal en point. [Tetsu] 591079Sanstitrcfedsf2


Ça bourdonne. Ça bourdonne comme ça ne devrait jamais chuinter. Une sorte de sifflement retentissait dans le crâne de Lucian comme jamais, lui ôtant toute envie de songer a des plans machiavéliques ou à se laisser aller à des idées perverses et saugrenues. Pourtant, sa sœur, qui passait docilement à l’entre-ouvertures de la porte de la salle de bain en petite tenue aurait dû en temps normal lui donner des envies bien particulières …. Pourtant, cette fois, tout en l’ayant vu de ses yeux sanguin, rien de dépravant ne lui arriva en tête. Il se contenta de pousser un petit gémissement de douleur, caractéristique de son mal de crâne.

De son côté, Lucrecy venait de prendre une douche chaude, alors que la journée avait fini sur une note particulièrement fraîche pour la saison. Elle avait bien vite revêtu un boxer et un soutien-gorge peu féminin dans sa douche, avant de frotter énergétiquement ses cheveux blancs au creux d’une serviette éponge. Elle détestait se les sécher au sèche-cheveux, pour autant, elle n’aimait pas les ébouriffer avec une serviette, alors elle se contentait de frotter la surface, espérant qu’il ne mettrait pas trop de temps à redevenir sec. Elle inspecta durant quelques secondes son visage sur le miroir, effleurant de son index la cicatrice qui surplombait sa joue, avant de laisser échapper un soupire de fatigue. Elle enfila un t-shirt de son frère noir, bien trop large, qu’elle se servait comme d’une nuisette, bien que ce soit relativement moins sexy, et s’affaira à fermer le volet du salon, tout en adressant un regard un peu inquiet à son frère. Elle finit par tourner la poignet de la fenêtre, et se mis à son chevet, alors qu’il était couché sur le sofa avec un teint bien plus pâle qu’à son habitude : Lucrecy connaissait par cœur les traits de son frère, et cette fois, ils étaient particulièrement fatigués, les yeux noircit de cerne, et une bouche que très peu colorer, ce dont elle n’avait pas la coutume. Elle lui caressa timidement le front : il était froid. Elle se releva, apeurer, en quête d’une couverture ; mais Lucian la reteint par le poignet, l’entrainant vers elle. La peau de sa sœur était agréablement chaude, et sentir sa paume sur son front lui avait fait agréablement du bien : il cherchait une nouvelle fois cette sensation, parcourant sa joue sur les parcelles chaude du corps de sa jumelle, lui relevant le t-shirt qui lui entravait le contact direct avec son dos. Lucrécy rougit et se débâtit rapidement, appréciant très peu son comportement, même si elle savait que pour une fois, c’était la maladie qui le faisait réagir ainsi, et non sa perversion. Elle prit la couverture de la chambre qui se trouvait dans l’armoire, les gérants de l’hôtel leur avaient bien précisé qu’il y en avait une supplémentaire, et elle borda son frère doucement.
Celui-ci se mit à gémir de plus belle, soufflant relativement fort, et dit à l’attention de sa sœur :

« J’ai des maux de crâne … »

Sa jumelle soupira : elle se retint de lui faire signaler qu’il s’était encore exhibé en plein milieu de la nuit avec une femme à son cou, et que son derrière à l’air avait très certainement été propice à sa maladie : peut-être de la fièvre, ou autre, en tout cas, Lucrécy n’était pas une bonne élève en matière de soin, et ne connaissait absolument pas ce que signifiait ce genre de symptôme. Si elle avait su que Keisuke en était l’origine, le sourire attendrissant qu’elle adressait à son frère aurait laissé place à une mine boudeuse et en colère, joncé de déception. Doucement, elle lui caressa la joue, et Lucian s’empressa de lui prendre la main pour l’appuyé davantage contre lui, les yeux clos, se laissant transporter par la douceur de cette peau si chaude.

« Je vais vous préparer le dîner, et vous iriez très certainement mieux demain … »

À ses mots, elle lui embrassa doucement le front, mais celui-ci commença déjà à protester :

« Non, je ne veux pas manger … »

Il lui caressa ses cheveux, la regardant au fond de ses pupilles, silencieux. Elle savait ce qu’il voulait faire, mais une seconde fois, elle se détacha de son emprise et parti en direction de la cuisine pour préparer le dîner. Elle n’était pas une fine cuisinière, mais elle savait allumer des plaques chauffantes et mettre de la viande dans une poêle, ainsi que faire revenir des haricots verts en conserve. Oui, étant une guerrière de haut niveau, et ayant dit à l’accueil leur véritable nom de famille, en théorie, elle ne devrait pas cuisiner et laisser faire cette tâche ingrate à une femme payer pour. Mais elle savait que Lucian ne mangeait que ses plats à elle, même s’ils étaient infects, il finissait toujours ses assiettes. Elle finit relativement vite, et posa l’assiette sur la table basse, près du canapé où était toujours affalé son frère, poussant des lamentations à chacun de ses souffles. Celui-ci se détourna du plat qu’elle lui avait préparé, tout en cachant ses yeux sous son avant-bras. Elle soupira. Elle prit la fourchette qu’elle avait déposée sur les ingrédients, et entrepris de planter l’instrument dans le flan de certains haricots et d’un morceau de viande qu’elle avait préalablement coupé :

« Faites « ahhhh » »

Lucian, toujours tout confiant en sa sœur,il ouvrit ses lèvres sans broncher ou se faire prier. Celle-ci mit la nourriture dans bouche de son frère, qui prit le temps de mâcher, pendant que Lucrecy préparait une autre bouchée.

« C’est bon » dit-il à voix basse.

Ainsi, le frère finit l’assiette que sa sœur lui avait préparée. Lucrecy se doutait que ce n’était pas forcément bon, surtout que Lucian préférait les choses sucrées et douces au goût, mais au moins, il avait mangé. Celui-ci entrepris une nouvelle fois de lui tirer une mèche de ses cheveux.

« Laissez-moi vous coiffer. »

Elle s'en doutait qu'il réitèrerait sa proposition, ces cheveux démêlé agaçait son frère, qui voulait à tout pris la peigner quand ils n'en faisaient qu'à leur tête. La jumelle pure du couple prit sa brosse qui était encore dans sa valise, et la tendit à son frère. Celui-ci se redressa, et comme on le ferait pour un animal, il tapota doucement un coin du sofa, pour signaler à sa sœur de s’assoir, ce qu’elle fit sans la moindre protestation. Il commença à la peigner, avec douceur. Lucrécy adore qu’on la peigne. Les dents qui lui caressait le cuir chevelu lui donnait des frissons dans le dos, laissant entrevoir sur sa nuque la chair de poule se propager sur elle. Lucian, dont l’œil glissait sur cette partie intime de sa sœur, ne put résister et la pris dans ses bras en une étreinte puissante, et couvrit de baisers son cou qu’il avait envie de dévorer. Lucrécy se senti une nouvelle fois mal à l’aise, et tout en serrant les dents lui dis sèchement

« Arrêtez ça ! »


Elle ne pouvait pas vraiment le frapper, il était malade et en position de faiblesse. Mais elle savait aussi qu’il n'insisterai pas, et qu'en venir aux mains n'étaient donc pas la solution. Négligemment, il se laissa tomber sur le flanc, caressant allègrement la cuisse dénudée de sa sœur où se propageaient encore des frissons. Lucrecy lui frappa le dos de la main pour qu’il cesse, ce qu’il fit bien vite. Elle se releva, les cheveux dansant une nouvelle fois dans le vent, et parti vers la chambre, pour ranger les valises.

Lucian se couvrit une nouvelle fois les yeux avec son avant-bras, soupirant. Il allait très certainement s’endormir, puisque le sommeil lui piquait au nez… Sa sœur le réveillera très certainement dans quelques minutes pour qu’ils aillent se coucher dans le seul lit à deux places du petit appartement, et c’est avec une joie non dissimuler qu’il se glissera dans les mêmes draps avec sa sœur, cela faisait tellement de temps qu’il ne l’avait pas fait …

Enfin, il était loin de penser qu’un évènement ruinera ses plans …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mal en point. [Tetsu]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» valeur en point
» mes créations au point compté
» J'ai plus de point de destin, May Day.
» « Le premier point dans un ménage, c’est la cuisine. » Patin ♠ Amadeus & Matvei
» « N'accuse point la mer à ton second naufrage. » [ B - Aoji ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Battle for conviction :: Zone résidentielle :: Quartier des maisons.-
Sauter vers: